1 mois en Asie sur appareil photo jetable

Après avoir passé 2 semaines et demies au Vietnam il y a deux ans, dès le début d’année 2019 l’envie de rechausser mes chaussures de rando et d’enfiler mes pires fringues de backpackeuse est revenue. Cet été je suis donc partie vadrouiller en roadtrip entre le Cambodge et la Thaïlande pendant 1 mois. 
Pour ce voyage j’ai eu envie de me créer des souvenirs un peu différents de d’habitude. Alors avant de partir j’ai acheté un appareil photo jetable et je me suis lancée de défi de faire une photo par jour avec.

Maintenant que les photos sont développées, je peux le dire (mis à part quelques photos ratées et donc non développées et quelques jours de triche - pas de ma faute j’ai eu quelques coups de cœur) : défi relevé !

Je vous laisse découvrir le jour à jour de ce voyage, quelques impressions et anecdotes que j'ai écrite au cours du voyage et les instants (un peu hors du temps) que j’ai immortalisé.



18 juillet 2019  Paris, aéroport Roissy Charles de Gaulle

Un peu stressées et très excitées, le grand jour est arrivé. Après 6 mois d’attente, c’est presque l’heure d’embarquer. Un voyage de 20h nous attend avant d’atteindre notre destination finale : Siem Reap. Un avion jusqu’au Bahrein, une escale. Un avion jusqu’à Bangkok, un changement d’aéroport. Un avion jusqu’à Siem Reap

On arrive finalement vers 15h le 19 juillet. C'est l'odeur qui me frappe en premier et me ramène il y a deux ans. L'odeur de l'Asie, indéfinissable et omniprésente. L’ambiance est lourde et électrique  quand notre tuktuk nous conduit à l'auberge qu'on avait réservée. On dîne à 17h45 et on se couche à 19h. Salut l’Asie, tu m'avais manqué.

21 juillet 2019  Tonlé Sap, Siem Reap Province, Cambodge

Après une journée de visite en vélos aux temples d’Angkor, et une photo qui ne s’est pas développée, direction le Tonlé Sap. Le moteur se met en route, quelques virages, quelques éclaboussures d'eau marron et nous nous élançons. Si le village flottant de Kampong Phluk est une petite déception en cette saison des pluies assez sèche, notre arrivée sur le Tonlé Sap est indescriptible. Le lac s'étend sur des kilomètres et on oublie pendant quelques secondes que nous sommes au milieu du Cambodge, sur un lac et non en plus milieu de la mer.

Au coucher du soleil, c'est le moment de grâce. Le temps semble s'être arrêté. La vie a stoppé son cours et tout est suspendu. La déception du départ n'est plus et le moment est à la contemplation. La contemplation du soleil qui diffuse ses rayons chauds et dorés sur le lac agité de vaguelettes et les bateaux qui dansent.


23 juillet 2019  Phnom Krom, Siem Reap Province, Cambodge

Le retour du soleil et de ses rayons dorés. Ceux qu'il diffuse après la pluie tropicale. Ce soir, c'est sur les rizières que nous avons observé ce phénomène se produire. C'est dans ce genre de moments que je m'arrête un peu. Que je pose mon téléphone, mon appareil photo. Je respire. Inspirer, expirer, recommencer. Fermer les yeux. Les rouvrir. Savourer. Et profiter de la beauté du monde et des phénomènes qui se répètent jours après jours, qui paraissent si anodins parfois. Alors que moi, je suis là, tout petite, et j'assiste à ça. 

     

24 juillet 2019  Bayon Temple, Siem Reap, Cambodge

En ce troisième et dernier jour de visite aux Temples d'Angkor, la pluie s'invite à la fête. Et elle ne rend en rien le temples moins merveilleux. Devant nos yeux ils se dressent, encore plus énigmatiques et mystiques qu'avant. La chaleur du sol et la pluie font monter des vagues de fumée sur le parterre du Bayon, le temple aux multiples visages. Le caractère sacré du lieu se dévoile sous nos yeux dans un spectacle incroyable et hors du temps. Un spectacle auquel aucun autre touriste ne semble avoir été convié.


25 juillet 2019  Kampong Cham, Cambodge

La route qui s'étire sous nos yeux fait partie du voyage. Elle est le voyage, la créatrice de moments inattendus, d'aventures saugrenues et de souvenirs impérissables. Elle défile et les paysages changent alors que nous passons d'une région à l'autre. Ils s'enchaînent : terre rouge, palmiers, arbres, plaines du Tonlé Sap, bords du Mékong, village de maisons en bois, collines annonciatrices de la jungle. 
Quand le bus tombe en panne il est difficile d'être agacé. C'est sûrement ça le beau du voyage : apprendre à relativiser, à composer avec les imprévus, avec les trajets qui n'en finissent plus, avec les villes décevantes et la pluie qui bat le tempo.

     

26 juillet, 2019  Koh Trong Island, Kratie, Cambodge

Il suffisait de prendre un bateau en bois, embarquer les vélos, traverser le Mékong. Se retrouver sur une petite île aux allures de paradis, où le temps s'est arrêté. Une île qu'on parcoure à vélo. Où les enfants chantent sur le bord du chemin, sourient, veulent te taper dans les mains quand tu passes à côté. Une île sur laquelle vaches et chiens vivent entre palmiers et rizières. Où la vie suit son court, peu importe ta présence ou ton absence, évidemment. 

28 juillet 2019  Bou Sra Waterfall, Mondolkiri Province, Cambodge

Le vent dans les cheveux, sur la peau, qui pénètre tous les pores. Il me fait me sentir vivante, là, à l'arrière d'un scooter loué pour trois fois rien. Les yeux fixés sur la route qui sillonne les collines verdoyantes de la jungle, je me sens bien. A ce moment là je ne m'imagine pas autre part que sur la route. A la découverte de nouveaux paysages et de nouveaux visages. 

L'eau qui tombe des majestueuses cascades fait dériver mes pensées. Des cascades je veux en voir tous les jours, des routes je veux en sillonner de nouvelles au quotidien.




29 juillet 2019  Elephant Valley Project, Mondolkiri Province, Cambodge

Les bruits de la jungle sont très particuliers. Parfois dérangeants, parfois apaisants. Il y a le bruit des éléphants au loin, celui des branches qui se cassent. Le bruit du vent qui souffle et celui de la pluie qui tombe sur le toit de tôle de notre cabane pour la nuit. Il y a le bruit du tonnerre au milieu de la nuit et le silence au petit matin.

30 juillet 2019  Elephant Valley Project, Mondolkiri Province, Cambodge

J'ai oublié d'écrire parce que la jungle m'a happée. 2 jours, une nuit un peu plus de 36h sans téléphone, sans bruit autre que celui de la nature. Les minutes et le coeur qui s'arrête quand un éléphant croise ma route. J'en revois un s'avancer au centre d'une clairière. On est 10 à l'observer et plus un bruit ne sort de nos bouches. Il est majestueux et silencieux. Quand j'y repense je me dis que si j'avais fermé les yeux à cet instant là, je n'aurais même pas su qu'un éléphant passait. 

Je crois que j'ai pleuré, parce qu'ils étaient beaux, parce que je savais que j'avais investi mon argent et mon temps dans quelque chose de bien, parce qu'ils étaient bien traités, parce que je réalisais un rêve éveillée.

     

31 juillet 2019  Phnom Penh, Cambodge

De la jungle à la ville il n'y a qu'un pas, ou plutôt : il n'y a qu'un trajet de 6h de nuit en minibus sous un orage. Il n'y a qu'une arrivée à 4h30 du matin dans la capitale Khmer, que deux heures à dormir sur un canapé dans un café ouvert 24h sur 24. Mardi soir dans la forêt, mercredi après midi sur le toit d'un immeuble en centre ville à observer les buildings qui s'étendent à perte de vue. Qu'est-ce que je disais déjà, sur le temps et les paysages qui défilent ?
Phnom Penh et sa skyline timide, ses nuages gris et ses airs d'Ho Chi Minh


1er août 2019  Phnom Penh, Cambodge 

On a dit au revoir au Mékong à Phnom Penh. On le suivait depuis quelques étapes, ses eaux troubles et sinueuses ont rythmé les deux premières semaines du voyage. On ne remettra plus les pieds dans une grande ville avant de quitter de Cambodge. Alors on savoure une bière sur un rooftop, salut les buildings, salut le Mékong, on continue notre tour.

      

2 août 2019  quelque part entre Phnom Penh et Kampot, Cambodge 

Après le nord du Cambodge et cette parenthèse dans la capitale, il est temps d'aller découvrir les rizières verdoyantes du sud. J'ai eu beau dire que la route faisait partie du voyage, aujourd'hui elle est plus difficile que les autres jours. La saison des pluies a enfin bien commencé et l'eau ne semble plus vouloir s'arrêter de tomber. Les routes sur lesquelles circule le bus sont pleines de trous, il nous faut des heures pour parcourir un peu plus de 200km. Mais une fois encore, les paysages alentours nous font oublier tout le reste.




3 août 2019  Kampot, Cambodge

Nous voilà à nouveau sur un scooter à arpenter les rizières du sud. Sous la pluie. Encore la pluie, toujours la pluie. Celle qui me déprime, me stresse, m’énerve et me donne presque envie de rentrer à la maison. La pluie qui remet tout en question, qui donne envie d’arrêter le scooter sur le bord de la route rouge et d’abandonner. Il y a des jours comme ça. Mais ce n’était pas un jour comme ça.

On était trempées jusqu’aux os, je n’ai pas pu sortir mon appareil photo de la journée. Mais on en a profité d’une autre façon. On a roulé dans les flaques, goûté du poivre, fait une pause pipi au cœur de la campagne, visité une plantation, admiré la brume sur les sommets avoisinant, rigolé à en perdre le souffle en affrontant le trafic de fin de journée sur une route cabossée. 
4 août 2019  Kep, Cambodge

J'avais fait des plans sur la comète, j'avais tout prévu. Et finalement on a tout chamboulé. On a regardé la météo et on a pris la décision en 2 minutes 30, juste le temps d'échanger un regard et de comprendre qu'on pensait à la même chose. "A quoi ça sert de rester et de râler ?", "on a rien réservé, il y a une tempête, ok alors on bouge", "on va chercher le soleil ailleurs". 

Alors on a passé deux jours entre Kampot et Kep au lieu de 4, on a refait nos sacs, pris nos clics et nos claques, changé d'itinéraire et on est parties. Haut les coeurs, l'aventure ne s'arrête jamais, ça ira mieux plus loin.


6 août 2019  Koh Rong Island, Cambodge

Les îles paradisiaques du Sud du Cambodge mais version tempête venue de Philippines qui déverse toute son eau sur nos têtes. Mais le sable blanc entre mes orteil me satisfait tellement que j'en oublie presque les gros nuages gris et menaçants, et les vagues qui m'ont terrifiée durant la traversée en bateau.

     

7 août 2019  Koh Rong Samloem Island, Cambodge

Un jour, deux jours, trois jours sur nos îles. Entre baignade, balade, lecture et farniente. Pas toujours au soleil, mais on récupère des kilomètres enchaînés durant les deux semaines qui viennent de passer. Et on savoure tout ce qui nous est offert. Les bancs de sable, les balançoires, les barbecues et les bières sur la place, les noix de coco fraîches, l'eau transparente et chaude : je grave les souvenirs uns à uns, bien ancrés au fond de moi.

8 août 2019  Koh Rong Samloem Island, Cambodge

Et puis, vient la fin de ces trois jours coupées du monde. Le moment est venu de remonter dans le nord pour une dernière étape au Cambodge avant de se précipiter en Thaïlande pour fuir la pluie et découvrir d'autres paysages.
Si la pluie nous a bien embêtées ces 6 derniers jours, et nous a fait découvrir Kep, Kampot et les îles de Koh Rong sous un visage inattendu, on a presque plus envie de le quitter ce sud pluvieux.








9 août 2019  Battambang, Cambodge

18h de bus plus tard et de nombreuses aventures et frayeurs, nous arrivons à Battambang. Nous avons un sentiment mitigé car on passe nos deux derniers jours au Cambodge. Nous allons quitter le pays après 23 jours, beaucoup plus vite que prévu. Alors à Battambang on fait du slow travel, on se balade tranquillement, on sirote une boisson fraîche à la terrasse d’un café, on observe le coucher de soleil et on dîne sur les bords de la rivière.

10 août 2019  Battambang, Cambodge

Ce matin a on fait un tour au marché avant de prendre un cours de cuisine pour apprendre à faire les recettes qu'on a mangé tout au long de notre séjour. L'expérience du marché à 9h du matin était épique. Ce soir, on a observé des chauve-souris sortir d'une grotte par milliers pendant une heure. C'était incroyable et improbable. Le séjour au Cambodge se termine ici, sur un dernier dîner sur les bords de la rivière, une dernière bière cambodgienne.

11 août 2019  quelque part entre le Cambodge et la Thaïlande

La route, la route, la route. Puis le passage de la frontière entre le Cambodge et la Thaïlande (pas une mince affaire). La route, la route, la route. Et les paysages et l'ambiance qui change drastiquement entre les deux pays. On passe de routes à peine praticables à de grandes autoroutes où l'on peut enfin avancer. Puis on s'enfonce dans le trafic de Bangkok et on a un avant-goût de l'effervescence de la capitale du Royaume du Siam.


12 août 2019  Koh Samet, Thaïlande

Après quelques heures passées dans la frénésie de Bangkok, on file. On taille la route immédiatement vers le sud pour quelques jours de beau temps et de farniente sur une île à quelques heures de bus et de bateau de Bangkok. On va faire le plein de soleil pour oublier les trombes de pluie de la semaine dernière. Koh Samet, on fait cap sur toi.


13 août 2019  Koh Samet, Thaïlande

Ma morning routine pour les trois prochains jours : manger de tartine banane-choco face à la mer, lire la moitié d'un livre, me balader sur la plage, ramasser des coquillages, crapahuter dans les rochers. Ma routine de l'après-midi c'est pareil sauf que je mange un pad thaï végétarien, j'inverse l'ordre de me activités et je regarde le coucher de soleil en buvant une bière. La vie est belle.  

     

14 & 15 août 2019  Koh Samet, Thaïlande
RAS, la vie est toujours belle.


17 août 2019  Bangkok, Thaïlande 
Bangkok en 48h, challenge accepté. Wat Pho, Wat Arun, Wat Saket, les temples s'enchaînent mais ne se ressemblent pas. Chatuchak market, balade sur les canaux, soirée à Koh San Road, verre sur un rooftop, dîner dans Chinatown, massages et manucure, street food à gogo. On absorbe tout ce que Bangkok nous propose. On se sent un peu électrifiées par la ville, c'est drôle comme elle nous happe tout entière, et comme on adore ça.

     

18 août 2019  Ayutthaya, Thaïlande
Parce que nous n'avions probablement pas vu assez de temples entre le Cambodge et la Thaïlande, nous avons pris le train pour passer une journée à Ayutthaya. On a fait le tour des temples à vélo, sous une chaleur de plomb. Et finalement on a eu l'impression de boucler la boucle. Le 20 juillet, on commençait notre voyage aux temples d'Angkor, on le termine le 18 août aux temples d'Ayutthaya.





19 août 2019  Bangkok, Thaïlande

Bangkok. La boucle est bouclée.
33 jours 
2726,9 km en bus (63 heures)
199,3 km en tuktuk
117 km en scooter
126,7 km en vélo
257,6 km à pieds
146,2 litres d’eau
172 fruits exotiques
Beaucoup (beaucoup) de temples
Et des souvenirs impérissables, c'est certain.











Backpacking Cambodia, la vidéo :